ROBERT TAI
aka Gangly / Tai Che / Tai Chi / Tai Chi Hsien / Tai Cher / Tai Yee Tin


BIOGRAPHIE

INTERVIEWS


INTERVIEW #3

Et voici une troisième interview de Robert, toute fraiche et très intéressante, réalisée par David Leong de l'excellent kfccinema.com et traduite pour votre confort par votre serviteur. Robert n'a décidément pas la langue dans sa poche et le démontre une nouvelle fois avec brio.

Conversation avec Robert Tai
par David Leong


Robert Tai dansFists of Legends 2 (1996)
David Leong: Robert Tai est un pionnier du cinéma d'arts martiaux, notamment reconnu pour sa carrière prolifique au sein des studios Shaw Brothers pendant leur âge d'or, depuis le début des années 70. Comme beaucoup de ses célèbres contemporains, Tai fut étudiant à l'opéra chinois. Robert a suivi l'enseignement de l'opéra Fu Shing à Taiwan.
Il capta l'attention de Chang Cheh en tant que cascadeur pendant le tournage de Seven Man Army à Taiwan. Chang y rassembla une troupe sélective de cascadeurs et d'acteurs, incluant Tai, pour les ramener à Hong Kong pour la production de Shaolin Temple, pour lequel il lui demanda de rejoindre la Shaw Brothers.
Robert Tai se mit à jouer, chorégraphier et diriger certains des films les plus appréciés de l'histoire du kung fu, incluant Chinatown Kid, Shaolin Vs. Ninja, Devil Killer et le classique intemporel des fans, The Five Venoms. Tai montra dans beaucoup de ses films un travail sur les chorégraphies câblés et aériennes libérés de l'apesanteur.
Kung Fu Cult Cinema est honoré de vous présenter un entretien avec Robert Tai, l'un des maîtres des films d'arts martiaux au cinéma.

[KFCC]: quel type d'entraînement avez-vous suivi à l'opéra Fu Shing de Taipei ?

[Robert Tai]: A Fu Shing, nous nous levions à 5h00 du matin et commencions par de la gymnastique. Puis un petit déjeuner et encore de la gymnastique. Nous déjeunions puis venait le travail avec les armes et les coups de pieds. Ceux qui étaient assez âgés pour faire des représentations répétaient leur prochain spectacle. Enfin, nous suivions des cours scolaires puis le dîner et nous allions nous coucher.

[KFCC]:
J'ai cru comprendre que certains de vos camarades là bas comptaient Angela Mao, Judy Lee, Lee Yi Min, James Tien et Chiang Sheng. Est-ce que l'industrie du cinéma, spécialement les films d'arts martiaux, étaient quelque chose que vous et vos camarades envisagiez étant à l'opéra ?

[Robert Tai]: D'autres de mes camarades étaient Kuo Chui et Lu Feng. Nous n'avons pas pensé à l'industrie du cinéma avant l'âge de 16 ou 17 ans.

[KFCC]:
Qui étaient vos modèles ?

[Robert Tai]: mon père qui était militaire, et mon professeur.

[KFCC]: Vous avez travaillé sur des films considérés comme des classiques dans le genre des arts martiaux comme Crippled Avengers, The Five Venoms et Kid With The Golden Arm. Avez-vous des favoris ou des films qui vous ont laissé de grands souvenirs ?


Kuo Chui et Chiang Sheng dans hinatown Kid (1977)
[Robert Tai]: le premier film sur lequel j'ai travaillé à la Shaw Brothers fut Chinatown Kid. Beaucoup de mes camarades ont travaillé sur ce film aussi et nous avons vraiment fait beaucoup d'efforts.
J'ai une anecdote assez drôle sur Five Venoms et Invincible Shaolin. le chorégraphe de Wing Chun (Yong Chun Quan, en pinyin mandarin), Leung Ting, avait fait son chemin dans le studio et était ami de Chang Cheh. Il nous a donc demandé de travailler avec lui. Ses capacités cinématographiques étaient très, très limitées. Mais il a eu l'idée d'utiliser le snake style avec la tête et la queue avec chaque bras. Quand nous avons décidé d'utiliser son idée, il a pris la grosse tête et n'arrêtait pas de parler de ci et de ça.. Un gars très ambitieux. Finalement sur Invincible Shaolin, Kuo Chui en a eu assez et l'a juste foutu dehors. Plus de problème après ça.
Mes préférés sont Kid with Golden Arms et Crippled Avengers pour ce qui est de la Shaw Brothers. Je suis aussi content de Thundering Mantis, The Heroes et Shaolin vs. Ninja.


[KFCC]: Comment s'est passé votre expérience avec Chang Cheh?


Robert dans Super Ninjas ? (1982)
[Robert Tai]: Chang Cheh fut mon mentor. J'ai vraiment beaucoup appris de lui sur la façon de filmer et sur la vie. Il a été un vrai maître (sifu). Sa façon d'aborder les situations était vraiment unique. Mais quand nous avons commencé à travailler avec lui, la situation avait changé et nous ne pouvions plus prendre notre temps comme avant. Pour des films comme Disciples of Shaolin, Il avait plusieurs mois pour le préparer. Mais à ce moment là, nous n'avions que quelques semaines. Il m'appréciait parce que j'avais des idées vraiment nouvelles. Pour Chinese Super Ninjas il m'a donné beaucoup de livres pour étudier le ninjitsu. Il m'a ordonné de les lire et d'en tirer quelque chose. Après, j'y ai ajouté ma saveur personnelle mais toujours en gardant de l'authentisme. C'est ce que Chang a apprécié et il me l'a dit ainsi. Malheureusement il ne m'a pas donné les pleins crédits sur beaucoup de choses que j'ai faite, du temps où je travaillais pour Chang Cheh, pas pour la Shaw Brothers. Il y a une différence. Je faisais parti de son équipe à Taiwan. Plus tard j'ai été engagé par des producteurs comme Lo Wei et Pal Ming pour diriger des films à Hong Kong parce qu'ils connaissaient le travail que j'avais fait pour Chang.

[KFCC]: Quel a été le réalisateur avec lequel vous avez le plus apprécié de travailler ?

[Robert Tai]: Chang Cheh sans aucun doute.

[KFCC]: Vous avez débuté aux studios Shaw Brothers et avez gravi les échelons. Comment était-ce ?

[Robert Tai]: J'ai commencé à travailler à Taiwan sur beaucoup de films en premier lieu. A ce moment les films de kung fu étaient très populaires et il y avait beaucoup de travail. Vous pouvez me voir par instant dans des films comme Bruce Lee: A Dragon Story et New Fists of Fury.
J'ai fait beaucoup,beaucoup de films à Taiwan. Chang Cheh y a lancé sa propre compagnie pour faire des films Shaolin avec Fu Sheng et Ti Lung. Il fit un deal avec la Shaw Brothers, puisque ces stars étaient en contrat avec le studio. Chang forma donc sa propre équipe qui la suivait à la Shaw. Je faisais parti de cette équipe avec Kuo Chui, Chiang Sheng, Lu Feng et plus tard Tien Chi et Chu Ker.
Maintenant, travailler avec Chang Cheh a ses avantages et ses inconvénients.
La productrice Mona Fong a essayé une fois de me mener par le bout du nez et je lui ai dit de la fermer. Je lui ai dit que je ne travaillais pas pour elle et qu'elle ferait bien de ne pas me parler ainsi. Vous devez savoir que cette femme a suspendu Ti Lung de six mois de paie pour s'être plaint d'avoir eu du papier toilette pour se démaquiller au lieu de lingettes. Plus tard elle a voulu insister sur les raisons pour lesquelles je n'avais pas voulu travailler pour elle. Elle est venue à moi et m'a dit qu'elle était étonnée que je travaille à ma façon dans le studio sans qu'elle le sache.
A ce moment là, les films de kung fu étaient partout et les producteurs cherchaient de nouveaux talents. Lo Wei m'a engagé pour être chorégraphe sur Wily Match avec Jimmy Lee comme nouvelle star. Bon, Jimmy était un bon gars mais son kung fu était limité. Il ne pouvait pas faire tous les mouvements et acrobaties en une prise. Bien sûre, j'en ai tiré le meilleur. Puis Lo Wei est venu geindre, il voulait que je fasse de l'action stylée Jackie Chan. Je lu ai dit que je ne pouvais pas.
Jimmy n'est pas Jackie. S'il voulait de l'action à la Jackie Chan, il n'avait qu'à l'engager.
Je fais de l'action à la Robert Tai.
J'ai donc quitté ce film. A ce moment là j'étais payé 400,000 dollars Hong Kongais ce qui était le salaire le plus élevé du moment pour un chorégraphe.


[KFCC]: En tant que pionnier dans l'utilisation des câbles pour le haut vol dans les films d'arts martiaux, qu'est-ce qui vous a inspiré pour vos chorégraphies aériennes ?

[Robert Tai]: Nous avons toujours travaillé avec les câbles et les avons juste utilisé différemment sur Five Venoms. C'était la première fois que quelqu'un utilisait les câbles ainsi, mais ça n'avait rien d'extraordinaire.

[KFCC]: Quelles sont vos influences quand vous créez des chorégraphies ou quand vous réalisez ?

[Robert Tai]: Tout vient de ma tête. L'important est d'être unique et créatif. Par exemple, sur Fist of Legend 2 nous avions le ninja roulant qui attaque Jet Le. Personne n'avait fait ça avant. Même chose pour ce qui est de montrer le vrai signal code avec les mains des sociétés secrètes.
Sur Thundering Mantis nous avons Liu Chia Jen qui commence à manger ses pieds à la fin.
Pour Attack of the Venoms nous avons montré le dieu de la joie, personnage peu familier pour la plupart des gens extérieurs au monde de l'opéra Chinois. Chang Cheh était très intrigué par l'Opéra et les détails tels que celui-ci l'enthousiasmait réellement.


[KFCC]: En tant qu'acteur, chorégraphe et réalisateur, quelle rôle préférez-vous ?

[Robert Tai]: Réalisateur.

[KFCC]: Y-at-il eu des artistes en particulier avec lesquels vous avez aimé travaillé à la Shaw Brothers?

[Robert Tai]: Kuo Chui, Lu Feng et Chiang Sheng étaient mes amis les plus proches.

[KFCC]: Vous avez réalisé l'un des films d'arts martiaux les plus dicuté de l'histoire du kung fu, Ninja: The Final Duel. Vous rappelez-vous de la longeur du cut original de ce film ?


Rudy Ray Moore dans Shaolin Dolemite (1999)
[Robert Tai]: Ninja The Final Duel fut tout d'abord une série de 12 heures. Nous en avons tiré deux films et pouvons en faire plus.
L'autre film est Shaolin Dolemite.
Georgie (Tan) and Toby (Russell) m'ont dit que le marché américain voulait quelque chose de différent, nous l'avons donc modifié en y incluant Rudy (Ray Moore) dans de nouvelles scènes pour ajouter de la comédie. Nous avons fait attention de ne pas rendre ridicule le kung fu, mais l'histoire pouvait être n'importe quoi. Rudy a regardé le film et ensemble ils ont écrit un peu d'histoire drôle. Je ne connais pas vraiment les détails des répliques ajoutées mais les gens qui ont fait le doublage à Hong Kong rigolaient toute la journée. Je n'avais jamais vu ça avant.


[KFCC]: Est-ce que les chutes du cut original existent encore ?

[Robert Tai]: Nous avons mis beaucoup de scènes sur le DVD de Shaolin Dolemite. Peut-être une heure du film nous en incluerons plus à la sortie de Ninja: The Final Duel.

[KFCC]: Comment s'est passé le tournage de Ninja: The Final Duel?

[Robert Tai]: Ninja: The Final Duel était l'une des séries que nous avons faite. Mafia vs. Ninja est aussi une autre série. Nous avons installé un bureau à Taipei et avons filmé pendant de nombreux, nombreux mois. C'était le même cast pour les deux. Nous étions une famille et travaillions bien ensemble.

[KFCC]: Sur quoi travaillez-vous actuellement ?

[Robert Tai]: Rza du Wu Tang veut travailler avec moi l'année prochaine. Je n'ai pas encore de détails. Ce sera le second film sur lequel je travaille avec lui. Il m'a eu pour faire un film il y a quelques années (Z Chronicles) mais je ne suis pas sûre qu'il ait été fini.

[KFCC]: Que pensez-vous de l'état actuel du cinéma asiatique ?

[Robert Tai]: Pas de commentaire.

[KFCC]: Voulez-vous ajouter quelque chose pour terminer ?

[Robert Tai]: Merci de regarder nos films. Regardez Trinity Goes East l'année prochaine !

[KFCC]: Merci beaucoup pour votre temps et votre sympathie.

David Leong
11 /28/2005


 

HAUT

 

 2005 drkungfu.free.fr